Il ne suffit pas d‘aiguiser un couteau de temps en temps pour le garder en pleine forme. Avec un peu de temps et d’attention, vous pouvez tirer un bien meilleur rendement de votre lame sur le long terme, rendre l’affûtage plus gérable et vous assurer qu’elle peut être manipulée en toute sécurité.

Voici huit façons de tirer le meilleur parti de vos lames.

 

1. Achetez la bonne lame

Avant de penser à l’entretien, vous devez choisir le couteau qui répond le mieux à vos besoins. Il n’existe pas de modèle unique, et chaque type présente des avantages et des inconvénients. L’objectif est de choisir celui qui vous convient le mieux. Par exemple, un couteau à lame fixe est plus facile à entretenir mais ne peut pas être emporté partout, tandis qu’un couteau pliant demande plus de temps pour être nettoyé mais se glisse parfaitement dans une poche.

L’acier inoxydable résiste à la rouille et à la corrosion, mais doit être aiguisé plus souvent qu’une lame en carbone. L’acier au carbone est dur et conserve bien son tranchant, mais il faut en prendre soin pour éviter la rouille. Comme vous pouvez le constater, il y a toujours un compromis à faire. Il faut noter qu’il existe différents niveaux de dureté de l’acier inoxydable, et que les aciers plus durs comme l’Elmax et le M390 conservent leur tranchant plus longtemps mais sont plus difficiles à aiguiser.

Si vous souhaitez emporter un couteau de chasse lors d’un long voyage pour le gros gibier, vous aurez besoin d’un couteau totalement différent de celui que vous utilisez comme EDC. Le nettoyage et l’entretien de chaque couteau reflètent sa conception et son utilisation. Un couteau de terrain à usage intensif émoussera un couteau plus léger avant la fin de la tâche et nécessitera plusieurs affûtages. Il s’agit ici d’acheter des couteaux adaptés à vos activités, en veillant tout particulièrement à éviter la situation où vous seriez obligé d’utiliser un couteau émoussé sur le terrain, ce qui peut être dangereux.

En outre, achetez un couteau adapté au travail que vous comptez faire avec. L’utilisation d’une pointe à clip pour matraquer du bois ne fera rien d’autre que de casser le couteau. En cas de doute, optez pour une lame adaptable ; les pointes tombantes sont probablement les types de lames les plus polyvalents.

2. Déballage de vos Couteaux

Certains couteaux fabriqués en usine peuvent être expédiés sans être affûtés. Il est essentiel de tester la lame après l’achat pour voir si elle doit être affûtée. Certaines personnes recommandent de faire courir légèrement le couteau sur le long de votre avant-bras. S’il rase les poils sans effort, il est aiguisé.

Un moyen plus sûr est de faire un test avec du papier. Une lame très affûtée coupera une page avec une pression minimale et sera également capable de découper une tranche de la page lorsqu’on la fait glisser verticalement le long du bord du papier.

3. Affûtage d’entretien

Affûter un couteau pour la première fois peut être intimidant. Mais avec un peu de recherche et un peu de pratique, vous maîtriserez cette technique en peu de temps. Veillez simplement à vous entraîner sur un couteau moins cher, de préférence en acier de qualité inférieure, car ils sont généralement plus faciles à aiguiser. Vous pouvez lire notre article dédié à l’aiguisage des couteaux pour en savoir plus !

Il est préférable d’avoir un kit d’affûtage comprenant entre trois et cinq pierres, car vous voudrez changer les pierres en fonction de la façon dont vous devez aiguiser. Une pierre grossière, telle qu’une pierre de 70 grains, est utilisée pour enlever un bord endommagé ou ébréché, ramenant le bord à un acier plus solide dans un processus appelé déstressage. Le couteau est passé perpendiculairement sur la pierre deux ou trois fois, en exerçant une très légère pression.

Un couteau occidental moyen est aiguisé à un angle de 20 degrés à l’aide d’une pierre de 120 grains qui reconditionne le fil. Ensuite, à ce même angle, on passe au grain 280 pour l’affûtage et les retouches occasionnelles, peut-être une fois par mois. Une pierre de 600 grains peut être utilisée pour des retouches plus fréquentes, peut-être toutes les semaines. Enfin, un grain de 1000 ou plus est utilisé pour polir le bord et éliminer les bavures.

 

4. Nettoyage

Dans la plupart des cas, il suffit de nettoyer la plupart des couteaux avec de l’eau chaude et du savon. Même si des débris sont solidement collés sur la surface, ne recourez pas à des méthodes abrasives comme la laine d’acier ou des produits chimiques composés. Continuez simplement à éliminer les débris de toutes les parties du couteau avec une vieille brosse à dents et du liquide vaisselle.

N’oubliez pas d’appliquer un lubrifiant après le nettoyage. Cela permettra de protéger le couteau contre la rouille et la corrosion.

5. Stockage de vos couteaux

Un aspect négligé de l’entretien des couteaux est leur rangement correct. Garder des couteaux entassés dans une boîte, un tiroir ou un sac peut entraîner des dommages dus au choc des lames entre elles. Pour un stockage à long terme, un couteau doit être conservé hors de son étui. Pour plus de sécurité, vous pouvez fabriquer un étui en carton à partir d’un morceau de carton plié et de ruban adhésif. Bien entendu, ne rangez pas le couteau dans un endroit où il serait exposé à l’humidité.

 

6. Affûtage professionnel

Certains aciers sont très difficiles à aiguiser et nécessitent beaucoup de temps et de compétences. Cela peut valoir la peine de confier ces couteaux à un affûteur professionnel. Pour quelques euros par couteau, vous obtiendrez un tranchant de rasoir parfait.

 

7. Les nettoyeurs à ultrasons

Cela peut être une option pour certains couteaux, en particulier les couteaux de chasse, si vous les avez sortis pour une longue chasse. Un nettoyeur à ultrasons peut vous faire gagner beaucoup de temps et d’efforts, tout en garantissant un nettoyage de qualité. Il vous suffit d’y déposer un couteau et de le mettre en marche, et vous savez qu’en quelques minutes tous les débris seront éliminés.

Il est important de noter que les nettoyeurs à ultrasons ne conviennent pas à certains types de couteaux. Dans certains cas, un nettoyage trop approfondi de la lame peut enlever le placage et la finition, et peut également desserrer le manche. Il est conseillé de vérifier auprès du fabricant si le couteau convient au nettoyage par ultrasons.

 

8. Huile et cire

Après le nettoyage et l’affûtage, il est bon d’appliquer de l’huile ou de la cire sur la lame pour la protéger. Les mérites de l’huile par rapport à la cire font l’objet d’un débat, mais dans la plupart des cas, la cire présente moins de risques de dommages. La cire est plus sèche, ne s’enlève pas facilement et dure plus longtemps, mais les huiles sont moins chères et plus faciles à appliquer.

 

Merci de nous avoir lu ! Vous pouvez vous abonnez à notre Newsletter pour être au courant de nos prochains articles de blog ou pour pouvoir profiter de code promo exclusif ! Vous pouvez également laisser un commentaire si nous avons oublié de mentionner quelque chose !

 

0
    0
    Votre Panier
    Votre Panier est videRetourner à la boutique
      Calculer les frais de livraison
      Appliquer le coupon
      Coupon disponible
      gba9cx7k Réduction de 20%
      Coupon non disponible
      euxvu7kp Réduction de 20,00